GANZO WAOH ÓPTIMO

AUJOURD’HUI L’HUMOUR fRANÇAIS C’EST TRÈS PEU DE CECI…

😉

🙂

…ET BEAUCOUP DE CELA
\(T___T)/

QUAND JO GÜSTIN AURA UN BLOG, J’ARRÊTERAI DE METTRE TOUTES SES VIDÉOS SUR LE MIEN 😉

*************** **********

Y/CON 6 !!!!!!!!!!

J’AI EU L’IMMENSE PLAISIR DE ME RENDRE À LA SIXIÈME ÉDITION DU SALON DES HOMO-FICTIONS À PARIS,
LA Y/CON 6 !

BRIÈVEMENT, C’EST UNE CONVENTION QUI PROPOSE DES ATELIERS, DES CONFÉRENCES, DES RENCONTRES AVEC DES
AUTEUR·ICE·S, AUTOUR DE SUPPORTS TRÈS VARIÉS DE PRODUCTIONS LITTÉRAIRES ET VISUELLES NON-HÉTÉROCENTRÉES.
ILLUSTRATIONS, ROMANS POLICIERS, D’HEROIC FANTASY, MANGAS ETC ONT DES PERSONNAGES GAYS, LESBIENS, TRANS OU CIS ;
LES THÉMATIQUES ABORDÉES PEUVENT L’ÊTRE SOUS PLUSIEURS ANGLES : ROMANTIQUE, ÉROTIQUE,
POLITIQUE, LUDIQUE, GOTHIQUE 🙂 …
IL Y A AUSSI DE FANTASTIQUES COSPLAYERS, DU KARAOKÉ ET MÊME DE LA RESTAURATION POUR TOUS LES
GOÛTS (AVEC OU SANS GLUTEN, VÉGÉ, VEGAN, VIANDARD) ❤

J'AI PASSÉ UN MOMENT FANTASTIQUE, BOHNEUR EN PARTIE DÛ À LA FORMIDABLE DIVERSITÉ DU PUBLIC ❤
PARMI LES AUTEUR·ICE·S ET SURTOUT DANS LE PUBLIC, IL Y AVAIT UNE REPRÉSENTATION DE TOUTES SORTES
DE CORPS, DE COULEURS DE PEAUX, D'ÂGES, COMME SI LES NORMES HÉTÉROSEXISTES, RACISTES,
GROSSOPHOBOBES, TRANSPHOBES, VALIDISTES ÉTAIENT ABOLIES PENDANT CET INSTANT
MAGIQUE ❤ ❤ ❤

J'AI PU APPRÉCIER LE TRAVAIL D'UN CERTAIN NOMBRE D'AUTEUR·ICE·S, SACHANT QUE DANS LE MILIEU
DU YAOI (FICTION GAYS), L'ÉCRASANTE MAJORITÉ DES AUTEUR·ICE·S SONT DES FEMMES !!!

JE PARLERAI DES UNES ET DES AUTRES AU FUR ET À MESURE !

LUCIE LAROUSSE.

JE NE SUIS PAS DOUÉE POUR FAIRE DE SUPERS PRÉSENTATIONS, JE ME CONTENTERAI
DE DIRE QUE LUCIE LAROUSSE RÉUSSIT AVEC BRIO L’ALLIANCE DE LA PUISSANCE
ET DE LA SIMPLICITÉ. RESTE ALORS LA JUSTESSE, QUI FRAPPE COMME UNE ÉVIDENCE.
ET EUH… C’EST SUPER BEAU HEIN, ÉVIDEMMENT !!!
LISEZ FRICHTI, ET REJOIGNEZ SA HORDE DE FANS 😉
FRICHTI ABORDE, ENTRE AUTRES CHOSES, LA GROSSOPHOBIE.

LE TUMBLR DE LUCIE LAROUSSE
LE TWITTER DE LUCIE LAROUSSE

ET HOP !
UNE PETITE ILLUSTRATION TOP STYLÉE,
QUE VOUS POUVEZ RETROUVER COMME BEAUCOUP D’AUTRES SUR LE TUMBLR DE LUCIE LAROUSSE 🙂

¤¤¤ ¤¤¤ ¤¤¤ ¤¤¤
Y/CON SUITE…..
LIZZIE CROWDAGGER

SI VOUS ÊTES COMME MOI, ADEPTE DES ROMANS D’AVENTURES ET AUTRES FILMS D’ACTIONS OÙ LES BALLES PLEUVENT,
LES EXPLOSIONS ABONDENT, LES PERSONNAGES RIVALISENT DE CLASSITUDE ET DE RÉPLIQUES ET DE BLAGUES POURRIES…
MAIS QUE VOUS ÊTES EXCÉDÉES PAR LE SEXISME INHÉRANT À CE GENRE DE PRODUCTIONS, ÇA Y’EST, VOS VOEUX SONT
EXHAUCÉS !!!

LIZZIE CROWDAGGER VOUS PROPOSENT DES ROMANS ET DES NOUVELLES AVEC DES VAMPIRES, DES LOUPS GAROUS,
DES LESBIENNES, DES MOTOS, DES EXPLOSIONS, DES BLAGUES PÉRAVES, DES SUPERS RÉPLIQUES, DES
TAS DE CICATRICES BADASSES ETC, SANS LA MOINDRE TRACE DE SEXISME ET DE SES VARIANTES
HOMOPHOBE, TRANSPHOBE OU LESBOPHOBE !
ET ÇA FAIT UN BIEN FOOOUUUU !!!
FOUFOUFOUFOU FOUFFE AH AH AH !!!

UN SEUL ÉNORME PROBLÈME : ÇA SE LIT TROP VIIIIITE !!!!!!
ON SE DIT, « AH-AH ! BOUQUIN ÉPAIS PAR-CI, PLUSIEURS TOMES PAR-LÀ, J’EN AI POUR UN MOMENT »…
ET BEN NON ! C’EST DE LA BOULETTE ALORS FATALEMENT… ON-LIT-TOUT-D’UNE-TRAITE-MAMAMILLA 😉

J’AI FINI CELUI-LÀ, MIAM MIAM PAN-PAN-BOO-BOO-BOUM :

J’ATTENDS LA DERNIÈRE PARTIE DE CELUI-LÀ (AVEC IMPATIENCE HEIN 😉
MIAM MIAM PAN-PAN-BOO-BOO-BOUM II

JE COMMENCE CELUI-LÀ, EN ESSAYANT DE NE PAS ALLER TROP VITE, HÉ HÉ HÉ

JE RÊVE SEMI-SECRÈTEMENT D’UN PRODUCTEUR PÉTÉ DE THUNES QUI PASSERAIT PAR-LÀ ET SE DIRAIT
« OULALA, JE SENS QUE JE POURRAIS ME FAIRE UN MAX DE BLÉ EN FAISANT DES FILMS ADAPTÉS DES
HISTOIRES DE LIZZIE CROWDAGGER… JE SORTIRAIS BIEN QUELQUES TRILOGIES POUR VOIR,
JE SUIS SÛR QUE JE VAIS ÊTRE ENCORE PLUS RICHE QU’AVANT »

FANTASME MIS À PART, N’HÉSITEZ PAS À ASSOUVIR VOTRE BESOIN D’ACTION ET DE BADASSERIES KICKASS NON-SEXISTES
EN LISANT LIZZIE CROWDAGGER !!!

LE SITE DE LIZZIE CROWDAGGER
LE TWITTER DE LIZZIE CROWDAGGER

***************************************************************

LA NAISSANCE DE CETTE MAISON D’ÉDITION INDÉPENDANTE ME RÉJOUIT LE COEUR !!!

UNE PRÉSENTATION DE métagraphes
QUE VOUS POUVEZ RETROUVER SUR LE SITE DE métagraphes

meta1

meta2

********************************************************************

UN DESSIN ANIMÉ CRÉÉ PAR REBECCA SUGAR, SOUS FORME D’ÉPISODES D’UNE DIZAINE DE MINUTES
STEVEN UNIVERSE
SORTI AUX ÉTATS-UNIS EN 2013
❤ ❤ ❤ ❤ ❤ ❤ ❤

– À DESTINATION D'ENFANTS/PRÉ-ADOS… MAIS EN FAIT TOUS PUBLICS 🙂
– PLEIN D'HUMOUR
– PASSE HAUT LA MAIN LE TEST BESCHDEL
– ESQUIVE AVEC BRIO UN CERTAIN NOMBRE DE STÉRÉOTYPES (GENRE, RACE, CLASSE, SEXE…)
– LA MUSIQUE EST DE QUALITÉ 🙂

UNE BIEN MEILLEURE DESCRIPTION SUR LE SUPER BLOG DE MIRION MALLE COMMANDO CULOTTE

1

***********************************************************************

AU PASSAGE…

crapaud

**************************************************************************

C’EST BEAU LES TAS DE VIANDES

Can't

ENCORE PLEIN D’AUTRES DESSINS, AFFICHES ET TABLEAUX MAGNIFIQUES SUR LE BLOG
LES TAS DE VIANDES

****************************************************************************

BON BON BON …
JE NE SUIS PAS DOUÉE POUR RÉDIGER DES CRITIQUES ALLÉCHANTES…

ANALYSES DOCUMENTÉES, CLAIRES, PRÉCISES, COMPRÉHENSIBLES DE LA DÉMOCRATIE,
DU CAPITALISME, DU NEOLIBÉRALISME, DE LA RÉPRESSION, DU SYSTÈME CARCÉRAL fRANÇAIS…
CES THÉMATIQUES SONT COMPLEXES À APPRÉHENDER, D’AUTANT PLUS QUE LA PROPAGANDE PATRIARCO-LIBÉRALE BAT SON PLEIN DEPUIS BELLE LURETTE.

JE CITE DAVID GRAEBER QUI CITE H. L. MENCKEN :
« À CHAQUE QUESTION UTILE ET COMPLEXE, IL EXISTE UNE RÉPONSE PARFAITEMENT SIMPLE ET
DIRECTE, QUI EST FAUSSE. »
(j’ai mis entre ces parenthèses quelques photos invisibles des professionnel.le.s français.e.s des réponses fausses
et rapides ; valls, pécresse, zeymour, finkelkraut, onfray, lagarde, calvi, pujadas, soral…
fermez les yeux et voyez qui vous voulez)

BREF, J’AI AIMÉ LES LIVRES SUIVANTS (ET J’AI HÂTE DE LIRE LES DEUX
QUE JE N’AI PAS COMMENCÉ/FINI :).

JE LES AI TROUVÉS UTILES EN CES TEMPS TROUBLÉS Où RÈGNE LA CONFUSION.

VOUS LES AVEZ PEUT-ÊTRE DÉJÀ LUS ; VEINARD.E.S 🙂
SINON, VOUS ÊTES PEUT-ÊTRE LES FUTUR.E.S VEINARD.E.S QUI LES LIRONT
BIENTÔT 🙂 🙂

MICHEL PINÇON ET MONIQUE PINÇON-CHARLOT
LA VIOLENCE DES RICHES – CHRONIQUE D’UNE IMMENSE CASSE SOCIALE

violence des riches_pinlot

ET LÀ, CE SONT EUXviolence des riches

¤¤¤¤¤¤¤¤¤ ¤¤¤¤¤¤

DAVID GRAEBER
LA DÉMOCRATIE AUX MARGES

démocratie

DETTE : 5000 D’HISTOIRE

*j’suis en train de le lire (smiley yeux qui brillent)*
dette 5000

POUR UNE ANTHROPOLOGIE ANARCHISTE
*mon prochain livre (smiley yeux-qui-brillent tout pareil)*
antrhopologie anarchiste

ET LÀ, C’EST LUI
graeber

ON SENT DANS CES LIVRES QU’ILS ONT ÉTÉ ÉCRITS AVEC LA VOLONTÉ DE PARTAGER LEUR CONTENU AVEC LE
PLUS GRAND NOMBRE DE PERSONNES, UNIVERSITAIRES OU NON, FÂCHÉES/PERDUES AVEC LA POLITIQUE OU NON.
ET ÇA MARCHE, SANS ÊTRE SIMPLISTE.
🙂

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤ ¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

JEAN-MARC ROUILLAN
JE HAIS LES MATINS

je hais les matins

ET LÀ, C’EST LUI
rouillan tof

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤ ¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤ ¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

HOWARD ZINN / MIKE KONOPACKI / PAUL BUHLE
UNE HISTOIRE POPULAIRE DE L’EMPIRE AMÉRICAIN,
BANDE DESSINÉE TIRÉE DU LIVRE D’HOWARD ZINN,
UNE HISTOIRE POPULAIRE DES ÉTATS-UNIS DE 1492 À NOS JOURS

hist pop emp usa

ET LÀ, C’EST ZINN
ZINN

****************************************************************************

RIONS UN PEU AVEC
SATURDAY MORNING BREAKFAST CEREALS DE ZACH WEINER
🙂

20140317plus-beaux-seins-du-monde

SATURDAY MORNING BREAKFAST CEREALS DE ZACH WEINER

****************************************************************************

UN CHOUETTE COURT-MÉTRAGE SUR LE HARCÈLEMENT DE RUE
MERCI À MARIE NARDON !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

(ÇA ME CHIFFONNE QUAND MÊME QUE LE PREMIER PERSO QU’ON VOIT SOIT UN NOIR,
MÊME SI PAS MAL DE CLICHÉS RACISTES SONT ÉVITÉS, J’AI DU MAL À TROUVER ÇA ANODIN
:/ …..

ET POUR CELLEUX QUI NE VOIENT PAS LE PROBLÈME
VENEZ DONC LIRE UN PEU CLEMMIE WONDERS)

EN TOUT CAS, JE TROUVE QUAND MÊME CE FILM CHOUETTE
🙂

*********************************************************************

he ! ho ! zines !
C’EST DES FANZINES ET DES AFFICHES FAITS PAR
DES MEUFS, DES GOUINES, ET DES PÉDÉS (cis et trans) !

ET çA FAIT DU BIEN !
MERCI he ! ho ! zines !

zineboring-18
 
EXTRAIT DU FANZINE BORING !
❤ ❤ ❤ ❤ ❤ ❤ ❤ ❤ ❤ ❤ ❤ ❤

 

*******************************************************************************

LE DERNIER LIVRE DE CATHERINE DUFOUR :
LE GUIDE DES MéTIERS POUR LES PETITES FILLES QUI NE VEULENT PAS FINIR PRINCESSES

couverture-guide
4e de couverture

« Dernièrement, j’ai feuilleté le catalogue Jouets d’un grand magasin. Sur fond bleu : des autos, des motos, des bateaux et des boites de petit chimiste amusant. Sur fond rose : des poupées qui marchent, parlent et (New !) font leurs dents, dix Barbie princesse et une Barbie passe la loque + son chariot de ménage avec de nombreux articles (seau, balai, balayette, pelle, lessive. Facile à monter).
Materner, c’est très bien, faire le ménage, c’est nécessaire et s’habiller sexy peut être agréable, mais ce ne sont pas les trois seules façons pour une fille de gagner sa vie. Il y en a beaucoup d’autres, souvent bien mieux payées.
J’ai donc, afin de compléter ce catalogue, composé un Guide des métiers pour les petites filles qui compte près de 50 fiches-métier.
Chaque fiche détaille, à travers des exemples concrets, les avantages et les aléas de la profession concernée. Des indications pratiques comme Etudes conseillées, Salaire en début de carrière ou Espérance de vie accompagnent le texte. »

LE BLOG DE CATHERINE DUFOUR

———————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————————-

LA SÉRIE DES BINGOS FÉMINISTES, OU PLUTÔT :
LES REMARQUES LES PLUS COURANTES… CONTRE LE FÉMINISME ET LES FEMMES !!!
TROUVéS SUR LE SITE LES FURIES

bingo

bingo humour

BINGO SPÉCIAL CULTURE DU VIOL

rape-apologist-bingo

BINGO SPÉCIAL GAMERS ET GAMEUSES

bingovideos

BINGO SPÉCIAL FEMMES DANS LES BANDES DÉSSINÉES

binga comis

MERCI LES FURIES

 

 

 

 
************************************************************************************

DENIS COLOMBI
UN VRAI SOCIOLOGUE DIS DONC !!!
SI SI !!
EN PLUS, IL NE S’ADRESSE PAS UNIQUEMENT À D’AUTRES SOCIOLOGUES !
NON NON, IL FAIT PAS DE TÉLÉ !!!!
BON OK, J’AIME SON TRAVAIL ❤ !!!

colombi_simpson

EXTRAIT D’UN DE SES ARTICLES L’HUMOUR EST UNE CHOSE TROP SÉRIEUSE…

« […]
Lui : Tu ris pas ?
Moi : Désolé, le sexisme, ça me fait pas franchement rire.
Lui : Wah, c’est bon, c’est de l’humour quoi. C’est pas sérieux.
Moi : C’est de l’humour, et alors ? C’est un prétexte pour diffuser des préjugés sans que l’on dise rien ?
Lui : ‘Tain, t’es chiant. Hé, c’est Desproges qui avait raison : on peut rire de tout, mais pas avec n’importe qui !
Moi : Ah ? Donc tu assumes le fait que ton humour est un mécanisme d’exclusion sociale ?
Lui : Quoi ?
Moi : Bon, assieds-toi, ça va être long.[…]  »

« […]
Lui : Bon d’accord, mais c’est pas ça le problème au fond. Je t’ai dit : de toutes façons, on y croit pas à ces trucs, c’est de l’humour.
Moi : Tu crois que ça fait une différence ? Ce n’est pas moins blessant pour ceux que tu vises.
Lui : Mais là, on est entre mecs, ça ne blesse personne.
Moi : Donc revoilà l’exclusion sociale…
Lui : Mais c’est pas comme si j’allais discriminer les femmes après.
Moi : Tu crées juste les conditions pour.
Lui : Arrête un peu, c’est pas parce que tu fais des blagues sur les blondes que tu vas violer une nana en sortant.
Moi : Oh, au niveau individuel peut-être pas, mais tu entretiens et tu diffuses l’idée que les femmes sont fondamentalement différentes des hommes, sont comme ceci ou comme cela, et finalement sont inférieures aux hommes sur bien des plans.
Lui : Tu sais, quand on rit, on sait que c’est pas sérieux.
Moi : Tu crois ? Récemment, l’anthropologue Robert Lynch a fait une expérience amusante. Il a fait passer un questionnaire au public d’un spectacle de stand-up pour connaître leurs opinions politiques. Et puis il a mesuré à quelles blagues ils riaient, et s’ils riaient forts.
Lui : Il y a des gens qui ont rien à faire de leur vie…
Moi : Pourtant, les résultats sont intéressants, notamment face à une blague sexiste comme celles que tu affectionnes tant. Les gens qui ont les vues les plus traditionnalistes des rapports hommes-femmes, qui pensent que les hommes sont fait pour bosser pendant que bobonne reste à la maison, sont ceux qui rient le plus aux blagues sexistes.[…]  »

L’INTÉGRALITÉ DE CET ARTICLE ET TELLEMENT PLEIN D’AUTRES SUR LE BLOG DE DENIS COLOMBI
UNE HEURE DE PEINE

________________________________________________________________________________________________

ANITA SARKEESIAN

LE BECHDEL TEST EN VIDEO

(çA fait deux fois sur le blog, hé hé hé )

 
************************************************************************************

 

A la découverte des pionnières électroniques

 

Texte : Jean-Yves Leloup
Version longue (mais alors vraiment très longue) de l’article publié dans le magazine Tsugi de Décembre 2009.

 

Ignorées, méconnues ou parfois même méprisées, de nombreuses femmes ont participé depuis le début du 20e siècle à la grande aventure de la musique électronique. A l’heure où l’on redécouvre les œuvres des Britanniques Delia Derbyshire et Daphne Oram, ainsi qu’une grande partie de l’électronique primitive des années 50 à 70, voici l’histoire de quelques artistes injustement oubliées.

 

daphne-oram-11

DAPHNE ORAM
ARTICLE ENTIER SUR GLOBAL TECHNO

VIELEN DANK GRAZZIE MERCI À JEAN-YVES LELOUP POUR CET ARTICLE ! !

 

TANUKI…

xkagee_tanuki_2.jpg.pagespeed.ic.Y3b2xr-snC

…—…—…—…—-…. ¤

 

nomeansno-ex

***********************************************************************************

 

UN CHOUETTE BLOG, FILLE D’ALBUM !
« RESSOURCES POUR UNE LITTÉRATURE JEUNESSE NON SEXISTE »
Merci pour ce blog !

… (cette petite curiosité de stéréotypes, du jamais vu)…

gc3a9nial-dc3aatre-une-fille-elsdale

http://filledalbum.wordpress.com/2014/07/23/cest-genial-detre-une-fille-et-cest-tres-tres-caricatural-vive-les-stereotypes-13/
 

***********************************************************************************

 

ARTICLE DISPONIBLE EN INTÉGRALITÉ SUR PHILOPLÈBE

Le nouvel espace carcéral : lèpre, peste, variole

Résumé :

Le placement sous surveillance électronique mobile (PSEM) est une des obligations possibles des nouvelles mesures de sûreté. Il permet un contrôle des déplacements en milieu ouvert grâce à l’association des technologies GPS et GSM. Il a pu être ainsi présenté comme en rupture avec la conception classique de l’espace pénal et, en particulier, carcéral. Avec le PSEM, tout se passe comme si l’on n’avait plus besoin d’enfermer les individus les plus dangereux pour protéger la société et prévenir la récidive.

Et pourtant, cet enfermement virtualisé (qui n’est pas une virtualisation de l’enfermement) repose sur les caractéristiques de l’espace carcéral du 19e siècle. Espace que Foucault décrit comme la superposition paradoxale des modèles de la lèpre et de la peste. A ces deux modèles, la géolocalisation pénale ajoute la traçabilité qui correspond au troisième modèle foucaldien d’exercice du pouvoir, moins connu, de la variole.

Voilà ce que nous devons vivre et penser, non pas le fantasme hightech d’un contrôle insensible des flux, mais la reconfiguration postmoderne des formes archaïques du pouvoir qui en permet l’extension et la pérennité.

Cet article a initialement paru dans les Cahiers de la sécurité, n°12, avril-juin 2010. L’occasion d’évoquer la participation à cette revue “gouvernementale” (et même pire que ça). Trois choses. D’abord, il n’y a pas de raisons de se censurer soi-même a priori sur l’endroit où l’on publie. Si quelqu’un doit effectuer une censure, c’est à eux de le faire, aucun lieu de publication ne nous est interdit (et je n’ai pas peur d’une quelconque “contamination”). D’autant plus que, deuxièmement, j’ai écrit ce que j’ai voulu. Troisièmement, ce dossier sur la prison n’est pas si mal (voir l’article d’Antoinette Chauvenet)

PHILOPLÈBE,

O.R.

 

 

____________________________________________________________________________________________________________

 

SPAZZATURA

urne2

 

 

 

_______________________________________________________________________________________________________________

UN ARTICLE DE MICHEL BAUDOUIN, QUE VOUS POUVEZ RETROUVER UN JEUDI SUR DEUX DANS L’ÉMISSION JEUDI NOIR
SUR RADIO LIBERTAIRE
 

Le pouvoir au peuple

 

ARTICLE DE MICHEL BAUDOUIN AUTOUR DE Martin Breaugh, L’Expérience plébéienne, Payot, « Critique de la politique », Paris, 2007

 

Le fichier PDF ici : baudouin_breaugh

 

Pour Martin Breaugh, la plèbe n’est ni une multitude sans direction, ni une simple force de résistance. Les révoltes plébéiennes produisent de la liberté en abolissant les hiérarchies. Elles s’emparent du pouvoir parce qu’elles jugent que les élections finissent toujours par être une trahison.

Les conflits sociaux (sans même parler des émeutes) sont souvent condamnés au nom de leur inefficacité et de leur irrationalité. Notre époque célèbre les négociations apaisées, les compromis passés entre gens responsables et les consensus d’experts éclairés. A soutenir que les révoltes populaires accroissent la liberté politique, L’Expérience plébéienne pourrait donc passer pour une apologie populiste et irresponsable de la violence. Mais M. Breaugh tente de montrer, à travers l’histoire de révoltes éparses, l’analyse des formes d’organisation éphémères qui en sont nées et les théories sur le rôle du peuple, que la liberté politique mourrait en l’absence de conflits.

Dans le sillage de J. Rancière [1], M. Breaugh définit la politique comme la revendication d’une capacité égale de tous à la délibération et à l’action publiques, ordinairement monopolisées par une minorité que la naissance, l’argent, l’élection ou la compétence distinguent. Or si les réformateurs, souvent issus de cette oligarchie, daignent quelquefois accorder le titre de « peuple » et le droit d’exister politiquement au plus grand nombre, les pouvoirs constitués stigmatisent celui-ci du nom de « plèbe » quand il s’insurge afin d’exercer directement ce droit. L’expérience plébéienne est là, dans « le passage du statut infrapolitique à celui de sujet politique à part entière » [2] accompagnant la suspension très provisoire des hiérarchies et de la domination. Que la plèbe soit toujours finalement vaincue par l’oligarchie ou trahie par ses meneurs n’empêche pas que les révoltes laissent dans les esprits le souvenir et l’espoir de la possibilité ouverte à tous de participer à la vie de la cité.

Genèse historique et philosophique du principe plébéien

Le paradigme de l’expérience plébéienne est incarné dans la première sécession plébéienne de Rome, en 494 avant notre ère. Les plébéiens, privés du droit à la parole publique, peuvent encore être réduits en esclavage pour dette, bien qu’ils aient le devoir de défendre la liberté romaine des envahisseurs. Lassés de protéger Rome d’une servitude qui ne leur est pas toujours épargnée, les plébéiens se retirent pacifiquement sur le mont Aventin, laissant Rome s’abîmer dans le désordre, faute de main d’œuvre. Un ambassadeur du Sénat persuade les plébéiens de réintégrer Rome en échange d’une représentation politique. La victoire plébéienne est de courte durée. Mais cette révolte donne un principe d’intelligibilité pour d’autres événements similaires : révolte des Ciompi à Florence en 1378, carnaval de Romans en 1580, révolte napolitaine en 1647.

Couverture du livreLe Discours sur la première décade de Tite-Live de Machiavel propose la première théorisation du rôle politique de la plèbe. Les deux « humeurs » antagonistes des patriciens et des plébéiens structurent l’espace social et politique. Si les Grands désirent dominer, le peuple désire ne pas être dominé. Ce désir de liberté et de dignité politique pousse la plèbe à se révolter contre les Grands. Mais, selon Machiavel, les conflits politiques bénéficient au progrès de la liberté. « La plèbe est cet acteur politique qui fait vivre le désir de la liberté au sein de la cité en assurant la présence du conflit grâce à son irréductible opposition aux Grands. » [3] A quelques variations près, liées au risque de voir la révolte accoucher d’une tyrannie, cette leçon est répétée dans les monographies consacrées à Montesquieu, à Vico, à Ballanche, à De Leon et à Rancière. A cet égard, l’ouvrage donne trop souvent le sentiment d’être une compilation inachevée de matériaux intéressants qui auraient mérité une synthèse plus forte, puisque M. Breaugh a l’ambition de caractériser, grâce à la plèbe, un acteur politique moderne.

Les organisations et les liens politiques plébéiens

En effet, l’expérience plébéienne nous concerne. La configuration politique dominante de la modernité, embryonnaire à la fin du XVIIIe siècle, repose sur « une conception qui congédie toute participation effective des citoyens à la vie politique » [4]. Le gouvernement représentatif, le système des partis et la bureaucratie, qui composent cette configuration, limitent l’accès au pouvoir aux nouveaux patriciens que sont le notable vertueux, le militant efficace ou le technocrate compétent. Au contraire, les formes d’organisation politique plébéiennes manifestent la volonté d’exercer le pouvoir avec le plus grand nombre, plutôt que de l’exercer sans lui et sur lui sitôt les élections terminées. Or l’organisation du pouvoir, si elle est fondée non plus sur la domination mais sur l’action concertée des hommes, forge entre eux un lien politique différent du lien social habituel. Trois expériences plébéiennes se détachent sur le fond de l’histoire européenne moderne.

Organisés dans les sociétés sectionnaires de Paris, les sans-culottes, en quête d’égalité politique réelle, luttent contre les vestiges de la domination ancienne des aristocrates, mais aussi contre la domination bourgeoise naissante. Dans cette lutte, l’insurrection est le dernier recours, légitimé par la constitution de 1793, contre les dérives autoritaires des pouvoirs constitués, visibles dans la volonté de centraliser les décisions et de s’en remettre à des spécialistes qui prétendent imposer des solutions techniques hors de tout débat politique. L’objectif de ces insurrections est « de démocratiser la sphère politique et non d’engendrer une nouvelle forme de domination de l’homme sur l’homme » [5]. A la même époque, la Société de Correspondance Londonienne (SCL) des Jacobins anglais milite pour obtenir le droit de vote pour tous les sujets britanniques. Les nouveaux espaces de débats politiques (dans les cabarets ou les manufactures) ouverts par la SCL aux couches populaires, représentent le modèle d’une société où tout le monde a le droit et le devoir de parler librement, sans qu’il soit souhaitable pour la démocratie de vouloir contrôler ou prévoir les forces ainsi mises en œuvre. C’est dans la même logique plébéienne d’une citoyenneté active que les communards parisiens désirent détruire l’État oligarchique afin de le remplacer par des formes associatives, ouvertes à tous, de participation aux politiques publiques, qui doivent réduire à terme le gouvernement à une simple agence administrative.

Le point aveugle de la pensée plébéienne ?

M. Breaugh remarque cependant que le désir plébéien de liberté se transforme parfois en désir de servitude. Certaines révoltes étudiées en témoignent. Si le meneur de l’insurrection de Naples en 1647, Masaniello, un misérable pêcheur, gouverne d’abord de façon modérée, il sombre dans la mégalomanie et la tyrannie paranoïaque, après une tentative d’assassinat commanditée par des patriciens napolitains exaspérés par cet opposant intraitable. La recherche intense d’unanimité politique conduit les sans-culottes, d’épurations en divisions et de divisions en discordes, à s’isoler progressivement du grand nombre. Les communards eux-mêmes, aveuglés par le mythe révolutionnaire, retombent dans une forme classique d’exercice du pouvoir, avec la mise en place d’un Comité de Salut Public restreint, habilité à prendre les décisions urgentes.

M. Breaugh esquive ici un problème essentiel. Comment écarter l’idée foucaldienne que la plèbe est un acteur politique indéterminé, une pure force de résistance ou d’oppression, tout en acceptant la possibilité d’un désir plébéien de servitude [6] ? Le parti pris favorable à la plèbe, placée in fine du bon côté de la barrière politique, avec les défenseurs de la liberté, handicape la réflexion de M. Breaugh : l’idée du potentiel fasciste de la plèbe n’est pas à prendre à la légère. D’une part, elle peut légitimer le monopole des élites habituelles sur le pouvoir politique. Mais elle justifie d’autre part un élitisme révolutionnaire avec lequel M. Breaugh veut aussi prendre ses distances. En effet, Marx comptait davantage sur le prolétariat qualifié et instruit pour faire la révolution que sur la plèbe de son temps, le lumpenproletariat : classe sociale sans conscience d’elle-même, mercenaire rêvée de la bourgeoisie. Il aurait été certes difficile, mais peut-être très fécond pour mettre en valeur la portée politique des émeutes, de mieux naviguer entre les écueils de ces élitismes antagonistes.

par Michel Baudouin , le 23 avril 2008

Michel Baudouin, « Le pouvoir au peuple », La Vie des idées, 23 avril 2008. ISSN : 2105-3030. URL : http://www.laviedesidees.fr/Le-pouvoir-au-peuple.html

Notes

[1] La Mésentente. Politique et philosophie, Paris, Galilée, 1995

[2] L’Expérience plébéienne, p. 11.

[3] Ibid., p. 99.

[4] Ibid., p. 175.

[5] Ibid., p. 226.

[6] Ibid. p. 153-155.

Publicités