FEMCEES FEST – SHOW MUST GO ON ?

HIER DERNIER SOIR DU FEMCEES FEST À SAINT-ÉTIENNE.

UNE PARTIE DE L’ORGA A FINI PAR PRENDRE LA PAROLE POUR EXPLIQUER L’ANNULATION D’UNE
PARTIE DES ARTISTES ET S’EXCUSER, APRÈS LE DERNIER CONCERT À DEUX HEURES DU MATIN…

CI-DESSOUS, LE TEXTE AFFICHÉ SUR LE LIEU DU FEMCEES HIER SOIR,
ÉCRIT PAR UN GROUPE DE PERSONNES FÉMINISTES, MEUFGOUINESTRANS ET BLANCHES.

SHOW MUST GO ON ?

Nous sommes des personnes du public du Femcees Fest, pour certaines depuis longtemps, pour d’autre pour la première fois. Nous nous sommes retrouvé.es à une quinzaine dans une cuisine à discuter de ce qu’il se passait sur cette édition et, un peu à la dernière minute, nous avons pondu ce texte. On ne se connaît pas tou.tes mais on est tombé.es d’accord sur des constats et sur une envie de ne pas rester silencieu.ses. Nous sommes féministes, meufgouinetrans et blanc.hes.

Jeudi, deux personnes racisées sont montées sur scène pour dire qu’elles avaient subi du racisme de la part de personnes de l’orga. D’autres personnes, artistes, bénévoles ou autres se sont portées soutien et ont décidé de partir ou d’annuler leur venue. On a pas envie que ça soit oublié. (Voir des communiqués notamment sur petravolta.wordpress.com).
Durant la prise de parole, une personne de l’orga en particulier a été pointée du doigt. Il nous semble important de prendre la parole autour de ça car cela ne concerne pas qu’une personne. Il ne s’agit ni d’excuser la personne, ni d’en faire un monstre derrière lequel on pourrait se cacher. Nous faisons tou.tes partie de ce monde raciste. Qu’on le veuille ou non, on est pris.es dans ces rapports de pouvoir. Il en découle des réflexes racistes, des comportements, conscients ou non.
Le soir même, la soirée continue. Le lendemain, d’autres annulations puis la fête recommence. Lors du dernier concert, la rappeuse arrête son set suite à des critiques de personnes du public par rapport à la place qu’avait son gars sur scène. À ce moment là, on nous coupe le son, impossible de reprendre la soirée, comme si on était puni.es.

La veille, on continue à faire la fête et ce soir là, tout s’arrête ? Ca pose la question de ce qui peut ou non stopper le cours des choses.
Qu’est ce qu’on fait des rapports de pouvoirs et de dominations, dans ce festival et ailleurs ?
Quelle place pour se questionner sur les enjeux d’appropriation culturelle dans le milieu du hiphop ?
Des mecs cis sur scene, et pas de meufs trans ? Mise en avant de normes hétérosexuelles sur scène ?
Invisibilité des prises de paroles de personnes racisés et punition pour non-respect d’un homme cis ?
Quelles sont les intentions du festival et comment les artistes invité-es sont brieffé.es là-dessus ?
Qui détient les moyens financiers et la gestion des lieux ? Quelles marges de manoeuvre il nous reste ? Et en terme de rapports de pouvoirs, rapport à la suprématie blanche et à l’hétérosexisme ?
Comment fonctionne l’autogestion quand elle est prise dans des rapports hiérarchiques ? Quel impact ça a sur nos évènements de fonctionner avec des lieux marchands ?
Quelle responsabilité et quel pouvoir on a en tant que public face à ces problématiques ?

Toutes ces questions sont en vrac, on vous les livre comme elles nous traversent.
Il n’est pas question ici de trasher l’orga dans son ensemble, on voit bien que c’est speed et que c’est beaucoup de taff d’organiser un tel festival. On se pose la question de pourquoi on a pas vu de prise de position de l’orga jusqu’à maintenant sur les actes racistes pointés. Et on se pose la question de notre responsabilité de public face à ce qui s’est passé et à ce qui ne s’est pas passé. C’est un texte adressé à nous-mêmes et à tous le monde.

C’est dans cet état esprit qu’on tente de proposer des choses qu’on aimerait voir exister sur des futures éditions :
– Créer des espaces de discussions sur les problèmes évoqués.
– Expliquer ce qui se passe et pourquoi il y a des artistes qui ne sont pas venu.es, lors de chaque soirée, voire s’excuser.
– Garder des lieux festifs qui sont pas dans des rapports marchands, sans fouille, sans des personnes avec de multiples statuts (payé, pas payé).
– Que ce qui a été dénoncé soit pris en compte pour les éditions futures.

MERCI À C. D’AVOIR TRANSMIS CE TEXTE POUR QU’IL PUISSE ÊTRE PARTAGÉ ICI.

Publicités

Les commentaires sont fermés.